J29 – Nuit à Ilulissat

J29 – Nuit à Ilulissat

Le moment est venu de faire nos adieux à Qaanaaq. Nous nous séparons ici de l’équipe japonaise, qui restera sur place encore quelques semaines pour faire des mesures dans le fjord et retourner sur le glacier de Qaanaaq. Aujourd’hui, l’avion fait un court arrêt à Upernavik, village insulaire entouré de montagnes abruptes. Le temps de faire quelques pas sur le tarmac, nous sommes entourés d’un décor qui rappelle les fjords de Norvège.

Dans le sens du retour, l’escale à Ilulissat est inévitable. Nous dormons à l’hôtel, non pas l’établissement de luxe que nous a payé par Air Greenland à l’aller, mais une petite auberge conviviale. Mais la chasse d’eau des toilettes suffit à nous émerveiller. On la tirerait une deuxième fois juste pour le plaisir.

À Ilulissat, nous redécouvrons un phénomène naturel que depuis un mois, nous n’avions pas eu l’occasion d’admirer. Aux alentours de minuit, le soleil jette ses derniers rayons sur les icebergs géants bloqués à l’embouchure du fjord. Ici, le court été boréal est terminé. Pour la quatrième nuit d’affilée, le soleil disparaît derrière l’horizon.

Pendant un peu plus de deux heures, la baie est plongée dans un doux crépuscule. Les murs de glace des icebergs reflètent les lumières du ciel encore clair. Le paysage prend de nouvelles couleurs. La mer est calme, on n’entend plus que les oiseaux. Un bateau de pêche rempli de touristes se faufile comme une ombre entre les icebergs.

Il nous est encore difficile d’imaginer que demain, nous rentrons en Europe. L’aéroport de Kastrup, où chaque jour transite une fois et demie la population du Groenland. Nos villes européennes, où l’ambiance estivale est à la baignade et aux apéros en terrasse. Peut-être plus perturbant encore, le ciel étoilé des nuits d’été aux moyennes latitudes.